Agriculture urbaine, économie et emplois : Vue d’ensemble

emploi agriculture urbaine

Depuis quelques années, l’agriculture urbaine se positionne comme un puissant levier de résilience urbaine et de transition écologique. Repenser les espaces urbains pour les rendre plus verts et plus intelligents, voici l’un des objectifs de la smart city que l’A.U contribue à remplir. Mais l’agriculture urbaine n’a pas seulement une ambition environnementale. La filière est également porteuse d’emplois locaux, un avantage non négligeable. Quels sont ces travailleurs au service de l’A.U ? Comment se former à ce domaine ? Vue d’ensemble de ce sujet.

L’agriculture urbaine : un vecteur d’intelligence environnementale… mais pas que

Cultiver l’intelligence environnementale en ville, c’est informer et sensibiliser les citoyens et les collectivités aux enjeux de la biodiversité et à la réalité climatique actuelle. Toutes les intelligences sont nécessaires au développement de la ville du futur !

Et comment mieux éduquer et initier des comportements responsables qu’en amenant l’agriculture en ville ? Outre le fait de préserver la biodiversité et de développer les corridors écologiques, l’A.U sensibilise effectivement à l’environnement au sens large. On sait désormais que les changements profonds des espaces urbains ne peuvent être réellement profitables que s’ils sont compris et assimilés par les citadins.

L’agriculture urbaine, c’est aussi un fort levier de transition sociétale et économique. Œuvrer pour le développement d’un espace urbain contribue à consolider le lien social, à renforcer le sentiment d’appartenance, à favoriser la mixité sociale.

“L’intérêt de l’approche par le local est à la fois de créer l’énergie du changement – parce que les gens se mobilisent sur des sujets concrets et ressentis – et de permettre une vision globale et pragmatique des enjeux et des solutions, alors que les approches nationales sont beaucoup plus enfermées dans des silos sectoriels”.

Pierre Veltz

Enfin, cette “nouvelle” filière est sans conteste créatrice d’emplois locaux, un potentiel économique qui croît de jour en jour, poussé notamment par les municipalités. A Paris par exemple, l’objectif est d’atteindre 50 % d’approvisionnements locaux pour les services de restauration collective. Un beau défi, qui consiste en fait à faire un bond dans le passé. Rappelons-nous qu’au 19ème siècle, le XVème arrondissement comptait encore une centaine de maraîchers !

Quels sont aujourd’hui les emplois liés à l’agriculture urbaine ?

Certains sont déjà bien connus à l’instar du maraîcher, du pépiniériste ou de l’éleveur, par exemple. D’autres émergent à mesure du développement de la maturité de la filière : cultivateur “indoor” (en intérieur), aquaponiste, accompagnateur de collectivités, animateurs de quartiers, médiateurs de lien social ou encore business developper spécialisé en projets d’A.U.

Travailler dans l’agriculture urbaine : comment faire ?

Travailler dans l’agriculture urbaine ne s’improvise pas, même en ayant la fibre végétale. Un savoir-faire technique parfois poussé mais également un talent organisationnel sont souvent nécessaires pour implémenter ce genre de projet urbain à impact positif. Ce savoir-faire et cette maîtrise s’acquièrent entre autres à travers des formations spécialisantes, disponibles un peu partout en France.

  • Formations classiques accessibles à partir de 18 ans comme à l’école d’ingénieur ISA de Lille, ou encore à l’Ecole du Breuil.
  • Formations moins longue, ateliers pédagogiques et participatifs
    • Permaculture : Ecole de permaculture Perma G’Rennes ou encore Intégraterre, un projet en économie circulaire comprenant à la fois une ferme urbaine, un point de vente et un pôle de formation.
    • Aquaponia,
    • AGECIF,
    • Etc.

Parfois, les maisons de l’agriculture urbaine proposent également des formations/ateliers découverte. Ces lieux d’échanges sont destinés à informer et à inspirer les citoyens autour de l’agriculture urbaine au niveau local, en complément notamment de l’Association Française de l’Agriculture Urbaine Professionnelle (AFAU), laquelle regroupe 80 adhérents partout en France.