Ville durable & mobilités : des alternatives réelles pour le citadin ?

nouvelles mobilités

Parmi les grands axes des stratégies urbaines en matière de défense de l’environnement mais également de développement de l’attractivité du territoire, on compte celui de la mobilité. A l’échelle nationale en 2019, le transport constituait déjà le premier secteur le plus émetteur de gaz à effet de serre (GES) avec environ 31 % de l’inventaire national. Nul doute que pour atteindre une qualité de ville durable ou smart city, il est primordial de faire évoluer l’offre de mobilité vers une version plus verte. Mais comment faire ? Quelles solutions très concrètes s’offrent aux citadins souhaitant réévaluer leur comportement sur la route ?

Mobilité alternative ou verte, de quoi parle-t-on ?

Avant toute chose, quelques rappels.

Le propre de la mobilité alternative, c’est de faire évoluer notre usage des véhicules polluants vers des modes de transports qui le sont moins, et donc forcément plus “verts”. En adoptant un comportement plus éco-responsable, on réduit effectivement ses émissions de gaz à effet de serre au maximum et on pallie – à notre échelle – les effets du réchauffement climatique.

A l’heure actuelle, l’offre de mobilités alternatives est particulièrement développée un peu partout en France, notamment en ville. Malheureusement, la prise de conscience quant à l’urgence d’une transition écologique accélérée vient se frotter à l’ensemble des habitudes de consommation, rendant particulièrement difficile l’implémentation massive et pérenne d’offres de mobilités alternatives. Développer une offre plus verte et surtout alternative à la voiture individuelle compte pourtant de nombreux avantages, parmi lesquels :

  • Une réduction de l’empreinte carbone de la ville via une utilisation moindre de la voiture et une réduction du trafic (embouteillages etc.),
  • Un meilleur confort acoustique pour les citadins (routes fréquentées, klaxons etc.),
  • Un air moins saturé en particules et donc plus sain. Saviez-vous que la pollution de l’air constitue la troisième cause de mortalité actuellement en France ?
  • Une baisse des dépenses pour les ménages.

Dressons une vue d’ensemble des solutions de mobilité alternatives actuellement à notre disposition.

La trottinette électrique, nouvel outil au service d’une mobilité verte

L’inscription dans la loi des règles liées à l’utilisation d’une trottinette électrique sur la route révèle bien l’importance qu’a acquis ce nouveau mode de transport dans notre quotidien suite à son émergence en 2019. Pour un prix avoisinant les 300 € en entrée de gamme, les citadins peuvent désormais compter sur un moyen de transport électrique leur permettant d’atteindre une vitesse de croisière de 25 km/h environ – similaire avec celle d’un vélo – sans le moindre effort.

Les territoires ont eux aussi pris le pas de développer une offre de mobilité verte autour de ce nouveau mode de transport : des flottes de trottinettes en libre-service se retrouvent déjà à Paris comme dans de nombreuses villes Européennes telles que Milan, notamment.

Covoiturage, se mouvoir “autrement” ?

Voilà maintenant des années que le covoiturage fait l’objet de nombreuses campagnes d’incitation. Pourtant, on considère toujours ce type de mobilité comme alternative.

Pourquoi ? Tout simplement parce que malgré l’utilisation de la voiture, elle contribue à faire évoluer le comportement “classique” de l’automobiliste, seul au volant de sa voiture. Si le covoiturage prend autant aujourd’hui, c’est que cette mobilité alternative se base sur l’automobile classique et qu’elle est également portée par de nombreux acteurs privés bien connus du grand public tels que Blablacar. Elle n’implique pas de revoir son recours à l’automobile mais bien de repenser son comportement, en milieu rural comme urbain, sur de petits comme de longs trajets.

Générateur de lien social et d’économies financières en plus, le covoiturage a presque uniquement des avantages : peu surprenant que cette mobilité alternative ait moins de mal à s’ancrer dans le panorama urbain que certaines autres solutions développées.

Les véhicules hybrides constituent-ils l’avenir de la mobilité ?

Développer les filières des véhicules propres est l’un des enjeux principaux du gouvernement en matière de lutte contre les émissions de gaz à effet de serre et l’amélioration de la qualité de l’air urbain. Depuis quelques années, on constate une nette augmentation de la part des véhicules électriques et hybrides rechargeables : + 38 % sur chaque segment entre 2018 et 2019 et près de 140 % entre le premier trimestre 2019 et la même période en 2020.

D’ici 2030, les véhicules hybrides et électriques représenteront près de 58 % des ventes totales de voitures en Europe, selon les estimations des experts.

Tout cela est notamment dû à la mise en place de solutions de financement avantageuses (jusqu’à 11 000 € à l’achat) ou encore de subventions pour l’installation de bornes de recharge pour véhicules électriques (plus de 29 000 points aujourd’hui ouverts au public). Les restrictions liées aux émissions des véhicules standards y sont aussi pour quelque chose. Du fait du Plan Climat notamment, l’objectif est par exemple de réduire la circulation des véhicules polluants essence ou diesel dans Paris d’ici à 2024…

Une bonne nouvelle, lorsqu’on sait qu’un véhicule traditionnel consomme 2 à 6 fois plus que l’électrique sur l’ensemble de son cycle de vie. Vous l’aurez compris, c’est bel et bien l’électrique qui est attendu sur le devant de la scène, pour répondre aux besoins croissants des consommateurs.

Réduire ses déplacements est encore le meilleur moyen de consommer autrement

Le plus propre des déplacements reste sans aucun doute celui qu’on ne fait pas. L’année 2021 a vu son lot de bouleversements notamment suite à la crise de la Covid-19. Parmi eux, le fameux recours au télétravail, partout en France et dans une grande majorité de secteurs. Finalement, ne s’agirait-il pas là d’une excellente opportunité pour moins se déplacer ? Faire l’impasse sur un à deux déplacements maison-travail par semaine est sans nul doute bénéfique à la fois pour l’environnement et pour votre porte-monnaie. Alors si l’opportunité vous est donnée, saisissez-là !