La rénovation énergétique est-elle essentielle pour bâtir la ville du futur ?

renovation batiment smart city

Changer sa chaudière pour un modèle plus performant, basculer sur une pompe à chaleur ou encore installer un chauffage au sol, autant d’éléments qui permettent de mener une véritable rénovation énergétique de son logement. Des transformations parfois très importantes, dans quelques cas plus modestes, mais qui concourent à un objectif : réduire les factures et l’impact sur l’environnement. Ces actions deviennent aujourd’hui incontournables et contribuent à construire des logements individuels plus performants. Mais l’enjeu est encore plus fort, et l’approche globale de la rénovation énergétique peut transformer notre ville pour en faire une smart city.

Adapter et réutiliser les bâtiments existants en optimisant la gestion de l’énergie

En matière d’architecture et notamment en ce qui concerne les principes de la conception durable, on a coutume de dire que le bâtiment le plus écologique est celui qui existe déjà. Plutôt que de construire à nouveau, utiliser un bâtiment déjà existant réduit le recours à de nouveaux matériaux et limite les besoins en énergie. En réutilisant les structures, certains matériaux existants, et en revoyant par exemple la distribution des différents volumes, on peut aboutir à un bâtiment plus propre.

La rénovation énergétique prend ici tout son sens. Car profiter de la réfection d’un bâtiment ou même d’un changement de destination pour moderniser le volet énergétique est une excellente opportunité.

On peut trouver des exemples un peu partout dans le monde, et notamment en France. La preuve avec Local Architecture Network (LAN), une agence basée à Paris, qui a mené un projet innovant de rénovation d’immeubles à proximité de Bordeaux. Un nouveau revêtement en polycarbonate scintillant est venu habiller la façade des bâtiments, les panneaux translucides coulissants augmentant notamment l’apport de lumière.

« Le travail sur les façades visant au départ à isoler thermiquement les immeubles et à permettre l’amélioration de leur consommation énergétique, a permis une double approche de la réhabilitation. D’un côté il a été possible de générer des espaces en plus, des pièces de vies supplémentaires, des loggias et des balcons davantage spacieux ; de l’autre, ce travail a défini une nouvelle architecture, bien distincte pour chaque îlot »

Peut-on lire sur le site lan-paris.com.

Des bâtiments avec de meilleures performances énergétiques pour stocker le carbone

L’un des enjeux forts de la rénovation énergétique concerne la gestion du carbone. Le carbone émis par les matériaux et les bâtiments tout au long de leur cycle de vie restent une notion relativement floue. Tout comme dans le monde de l’automobile, ce carbone « relâché » est évalué et mesuré, mais cela reste une comptabilisation très virtuelle.

Pour apporter du concret et permettre une rénovation énergétique forte, il est possible de choisir des matériaux connus pour être d’excellents « stockeurs » de carbone.

Contrairement à de nombreux matériaux employés dans la construction qui rejettent des quantités de dioxyde de carbone importantes (comme l’acier, le béton et les plastiques), d’autres matériaux sont au contraire connus pour stocker le carbone et avoir d’excellentes performances environnementales. C’est le cas par exemple de tous les produits issus de la biomasse, comme le bois et les produits composés de matières végétales. Ces matières agissent comme des pièges, stockant plus de carbone qu’elles n’en rejettent.

La bonne gestion de la lumière pour améliorer les performances énergétiques

La gestion de la lumière à l’intérieur d’un bâtiment, qu’il s’agisse d’une maison, d’un appartement ou de bureau, est un sujet complexe. Il faut faire des concessions, trouver le bon équilibre entre les besoins des occupants qui recherchent de la lumière naturelle, une vue sur l’extérieur et un apport d’air frais, mais aussi les contraintes propres aux performances thermiques : tout ajout de fenêtres ou le moindre puits de lumière se fait au détriment des performances thermiques.

En effet, une ouverture possède une capacité d’isolation moindre en comparaison à des murs pleins. Plus de vitrage équivaut à une augmentation de la consommation d’énergie. Mais tous les matériaux transmettant la lumière ne sont pas si mauvais.

Des progrès dans le domaine ont permis de mettre au point des matériaux isolants translucides – notamment à base de silice – dont la structure empêche le mouvement des molécules d’air, limitant considérablement le transfert de chaleur entre intérieur/extérieur. Utiliser ces matériaux innovants dans le cadre d’une rénovation de bâtiments permet de réaliser des économies d’énergie et d’améliorer le confort !

La rénovation énergétique et le choix de matériaux innovants et durables s’inscrit dans la construction de la ville du futur. En adaptant et réutilisant les bâtiments existants, en s’intéressant à un choix de matériaux pertinents et en repensant la gestion de la lumière de manière intelligente, il est possible de faire émerger des constructions durables.