Concept Smart City

Smart city ou ville intelligente, voici un concept qui fait sans aucun doute parler de lui. Alors que les applications concrètes de la smart city se multiplient partout sur le globe, le concept quant à lui reste pourtant difficilement compréhensible dans sa globalité. L’intelligence à l’échelle d’une ville n’est pas aisée à quantifier, ce pourquoi nous avons entrepris de faire la lumière sur le concept de smart city et sur les enjeux qui en découlent.

Comment décrire le concept de smart city ?

Apprendre à définir un concept permet de se l’approprier, d’en appréhender les spécificités les plus pointues et surtout, de pouvoir le partager autour de soi. Peu sont les individus pour lesquels la notion de smart city est totalement inconnue. Mais comment la définir ? Comment est apparu ce concept et pourquoi ? Quelques éléments de contexte.

Définition du concept

Le concept de smart city se base sur la notion de développement urbain, en matière de :

  • Energie. Les réseaux énergétiques sont désormais connectés, des capteurs permettant d’analyser la structure du réseau et les fluctuations qui le caractérisent, ceci pour optimiser la consommation des usagers et de la ville. En anglais, ce concept de réseaux intelligents s’entend sous le nom de smart grid.
  • Mobilité. Les transports communs et privatifs constituent un réel enjeu dans la ville intelligente puisqu’ils pèsent pour beaucoup dans l’empreinte carbone de la ville mais également dans la qualité de vie proposée aux usagers. Le concept de smart city coïncide donc avec celui de smart growth, ou croissance intelligente des centres urbains. Il s’agit de privilégier les transports en commun et verts, de limiter les rejets de CO2 et de permettre une circulation fluide.
  • Bâtiment. Privé ou public, le secteur du bâtiment doit également être optimisé au sein d’une ville intelligente ou smart city. Quartiers plus verts, moins énergivores, moins coûteux et plus sains constituent sans conteste le but à atteindre pour la ville intelligente. Cela passe par des procédés de construction plus respectueux de l’environnement ainsi que par des équipements et une architecture durable, notamment.
  • Big data et numérique : la donnée est désormais au service de la ville et des citoyens et c’est sans doute ce qui caractérise le plus la ville intelligente ! Cela nécessite que la donnée soit préalablement recueillie et traitée, et qu’une collaboration entre les différents acteurs urbains soit entamée. Cela permet de recueillir des données démographiques, de consommation énergétique, de pollution atmosphérique, de gestion de l’eau ou des déchets ou encore de déplacements, afin d’optimiser intelligemment les espaces urbains et d’orienter les comportements citoyens. La data recueillie permet également à la ville de dégager des tendances de consommation afin d’anticiper les besoins futurs de ses habitants et de prévenir le manque de ressources et les divers dysfonctionnements pouvant survenir.

Notons que ville durable et ville intelligente sont fréquemment associées, mais que ces notions ne traitent pas de la même chose ! Une ville durable est forcément intelligente. L’inverse en revanche, est faux.

Concept de Smart City

Carte d’identité de la smart city

Comme souligné précédemment, la smart city est numérique, bien entendu. Elle est irriguée de capteurs et de produits connectés, à l’origine de la donnée qui lui est nécessaire pour évoluer. Toutefois, la smart city ne se limite pas à ça.

Elle est également collaborative et centrée sur le citoyen, un acteur indispensable dans la co-construction des nouveaux espaces urbains. Il s’agit de répondre à des besoins identifiés de la population via des services numériques et non pas l’inverse. En cherchant à répondre aux problématiques très concrètes de ses usagers, la ville intelligente est également plus agréable à vivre et facile à utiliser.

Enfin, la smart city est également efficiente dans sa façon de créer sa feuille de route et de gérer son budget. L’économie intelligente étant un pôle majeur, l’inverse serait un frein à la viabilité du projet dans sa globalité.

Aux origines : quand et comment est apparu le concept de ville intelligente ?

L’apparition du concept de smart city peut être associée au début des années 2000 et à l’émergence des nouvelles technologies ou NTIC. A son commencement, la ville intelligente est en effet une ville connectée, se basant sur un écosystème de services et d’objets pour mesurer et comprendre le comportement de ses utilisateurs, notamment.

Or, ce modèle initialement véhiculé n’est aujourd’hui plus vraiment opérant. La smart city se veut en effet bien plus qu’une ville connectée. Et les nouvelles technologies ne sont plus en soit, garantes de ce concept. Elles représentent plutôt une opportunité technique non négligeable, qui doit être associée à une stratégie de développement transverse et à une vraie prise de parti de la part des pouvoirs publics. Il s’agit de mobiliser l’intelligence collective pour la mettre au service du développement urbain actuel et de demain.

Le concept de smart city repris par les médias

Les médias disposent d’un rôle d’information et de sensibilisation primordial notamment en matière de concepts tels que la smart city. Où trouver les données relatives à sa commune ? Comment sont-elles exploitées ? Quels chantiers sont actuellement menés dans le cadre de la smart city autour de soi ? Être au fait de ces informations est nécessaire pour appréhender les applications concrètes du concept de smart city. Celles-ci sont relayées en partie par les médias locaux.

Il est également question de challenger ce modèle, qui pour certains atteint quelques limites. La déstabilisation numérique est notamment au cœur des billets médiatiques, avec une crainte concernant le traitement de la donnée et son impact sur la vie privée notamment, une crainte générée par la profusion des données, un traitement et une communication parfois maladroits des communes.

A chacun de se faire une opinion propre, en consultant régulièrement les actualités du secteur et les articles traitant du concept de smart city.

Concept de smart city : des appropriations territoriales

Les évolutions technologiques au cœur de la smart city diffèrent d’un territoire à l’autre et d’une nation à la suivante en fonction des standards, des objectifs et des spécificités culturelles de chacun. Le concept de smart city se traduit donc très différemment d’une ville à l’autre.

A Singapour par exemple, la ville a implémenté des super-trees (“super-arbres »), des arbres artificiels et connectés qui collectent également l’eau et l’énergie solaire, notamment. L’idée est séduisante et le résultat fonctionne. Cependant en France, les codes esthétiques et culturels rendraient ce type de structure difficilement concevable.

Quelle que soit l’orientation donnée à la ville, les smart cities sont de plus en plus répandues, à l’instar d’Oslo, Montréal, Zurich, Genève, Helsinki ou encore Taipei. L’IMD Smart City Index a d’ailleurs classé en 2019 les villes les plus intelligentes du monde, sur un panel de 102 candidates. Parmi les 10 premières, aucune n’est française. Toutefois, notre voisine l’Espagne voit Bilbao se classer en 9ème position. La ville se distingue par une gouvernance forte et totalement transparente davantage que par le facteur technologique, loin d’être le plus performant si on le compare aux autres communes. Paris en revanche, se positionne à la 51ème place et pêche notamment sur les critères de gouvernance (mise à disposition des données), de pollution atmosphérique et de mobilité urbaine.

Smart city, du concept à la pratique

Les applications concrètes du concept de smart city sont plutôt aisées à dénicher à l’heure actuelle. On peut citer le cas du tramway intelligent au Havre, réutilisant son énergie de freinage pour limiter sa consommation énergétique ou encore les dispositifs de récupération de la chaleur des routes, les applications d’aide au parking ou encore à la fluidité du trafic routier, l’éclairage intelligent, les capteurs de mouvements et de teneur de l’air… La pratique est d’ores et déjà rôdée. L’enjeu à présent est de faire progresser la ville en collaboration tout en répondant aux problématiques citoyennes.

Pour poursuivre votre lecture :