Qu’est ce qu’une smart city ? Définition

La smart city est la traduction anglaise de ville intelligente. Mais en quoi une ville peut-elle être intelligente ? Qu’est-ce qu’une smart city ? Le numérique conditionne-t-il la ville intelligente ou s’agit-il d’un trait de “personnalité” parmi tant d’autres ? Dans cet article, nous avons souhaité vous en dire plus sur ce qu’est une smart city et en quoi elle constitue sans aucun doute le futur des entités urbaines telles que nous les connaissons actuellement.

Qu’est-ce qu’une smart city ? Quelques clés de réponse

Au sein d’une smart city, tous les secteurs d’activité ont vocation à acquérir une intelligence connectée. Industries et commerces, énergie, santé, habitat, transports… A la question qu’est-ce qu’une smart city ? On peut répondre qu’il s’agit d’une entité urbaine capable de recueillir de la donnée qualifiée sur les différents comportements de ses usagers et sur ses infrastructures, de travailler cette donnée et de l’utiliser pour optimiser les usages.

Pour cela, la smart city est équipée de capteurs disséminés dans le mobilier urbain (lampadaires, abris de bus, poubelles…) mais également dans les habitations et sur les divers réseaux urbains. La ville traite cette donnée brute puis l’utilise et la remet à disposition des habitants de façon concrète. Mais dans la smart city, l’intelligence n’est pas seulement numérique. Elle est également collaborative.

Qu'est ce qu'une Smart City ?

La ville intelligente est collaborative

Quel que soit le niveau d’intelligence apporté par la ville, il existe dans la smart city une forte notion de collaboration. Entre services d’abord, pour assurer un fonctionnement optimal des prestations publiques. Mais également entre la collectivité et les usagers et entre usagers, à l’image des applications mobiles collaboratives où l’information concernant le trafic ou la situation urbaine est apportée par les citoyens eux-mêmes, par exemple.

La collaboration existe aussi à l’échelle de l’ensemble des datas. La ville intelligente ou smart city met à disposition de façon transparente un panel de données recueillies et traitées, utilisables par les différents acteurs de la ville, citoyen, professionnel ou entreprise. Ces données sont mises à disposition au sein d’applications comme celles préalablement citées mais également téléchargeables directement sur des plateformes d’open data, plus ou moins développées par les villes à l’heure actuelle.

Que contiennent les plateformes d’open data ?

Abordons tout d’abord la différence entre big data et open data. Le premier terme désigne l’action de recueillir et de traiter l’information en très grande quantité et provenant de tous supports. L’open data quant à lui désigne le moyen d’accéder à l’information, une mise à disposition de la donnée par la ville pour ses usagers, sans contrepartie et avec redistribution possible.

Les données brutes auront été préalablement travaillées de sorte de devenir compréhensibles et utilisables par tous les contribuables. Elles sont à vocation pratique. En France comme à l’étranger, les villes intelligentes disposent d’une plateforme commune dite d’open data sur laquelle se retrouvent un ensemble de données actualisées, téléchargeables.

La smart city est préventive et résiliente

A l’intérieur de la smart city, la donnée sert à l’amélioration de la qualité de vie des habitants, autrement dit à la satisfaction de leurs besoins actuels mais également à l’anticipation des futurs. Or, prévoir et anticiper, ça soulève un concept d’ores et déjà bien connu, celui de résilience. Faisons un point sur ce sujet.

Qu’est-ce que la résilience ?

La résilience d’une ville, c’est sa capacité à anticiper les risques ou aléas environnementaux, économiques ou sociaux pour mieux faire face aux situations problématiques lorsqu’elles se présentent tout en conservant l‘équilibre nécessaire à la préservation de la qualité de vie des habitants. La résilience d’une ville s’apprécie à de multiples niveaux :

  • Terrorisme,
  • Conflits sociaux,
  • Crues et inondations (grâce à de la donnée obtenue sur la hauteur des cours d’eau et leur état…),
  • Situations sanitaires telles que les pandémies mais également les variables de pollution de l’air et de l’eau…
  • Manque de ressources (eau, aliments, énergie…),
  • Accidents et effondrements,
  • Etc.

Parlant de résilience, il s’agit en réalité d’un concept d’idéal urbain. A l’heure actuelle, la ville 100% résiliente n’existe pas – peut-être n’existera-t-elle d’ailleurs jamais. Effectivement, le concept de résilience n’est pas nécessairement lié à celui de risque 0. Il s’agit plutôt de prendre conscience de façon très concrète de la vulnérabilité et des points faibles de la ville – ou facteurs de risques – pour la faire évoluer vers une meilleure version d’elle-même, renforcée.

Quelques exemples de villes intelligentes en France

Bien qu’elles aient encore du chemin à parcourir pour devenir smart au sens où nous l’avons décrit plus haut, les villes suivantes disposent d’un potentiel avéré en matière d’intelligence urbaine et mettent d’ores et déjà leurs compétences au service du citoyen et de l’environnement. De quoi entrevoir des bribes de ce que sera la ville dans un futur plus ou moins proche.

  • Nantes. La ville occupe sans conteste une place de choix dans le panorama européen de la smart city et prend part depuis 2016 au projet H2020 mySMARTlife, consistant en l’implémentation d’actions concrètes en matière de digitalisation urbaine et de sensibilisation des habitants. La métropole est également en constante expérimentation notamment par le biais du Nantes City Lab, mettant à disposition des porteurs de projet des espaces urbains vierges tels que les toits-terrasse inoccupés, par exemple. L’un des projets consiste en la création de serres connectées et repose sur un ambitieux travail consistant à mêler végétalisation urbaine et innovation digitale. Notons que Nantes dispose de l’une des plateformes d’open data les plus développées en France.
  • Lyon. En 2015 déjà, Lyon a été classée ville la plus intelligente de France par le Parlement Européen. Pourquoi ? Tout d’abord parce qu’il s’agit du premier territoire français en matière de réseaux intelligents ou “smart grids”. La métropole, qui compte en ce moment 103 projets urbains en cours d’expérimentation est labellisée French Tech et organise plus de 600 évènements liés au numérique chaque année.
  • Lille, et son démonstrateur de ville intelligente SunRise. La métropole lilloise dispose d’ores et déjà de réseaux d’assainissement et de chauffage intelligents sur environ 70km et capables de générer 20 à 30% d’économies d’énergie par rapport aux réseaux traditionnels !

Définition d’une Smart City

Qu’est-ce que la smart city ? Il s’agit en fait d’une entité urbaine telle que nous la connaissons déjà, mais dont l’engagement (communautaire et citoyen) permet une meilleure gestion. En améliorant la qualité de vie des usagers, la ville intelligente lutte également contre la dégradation environnementale en réduisant son empreinte carbone. Dans le futur, on mesure donc l’importance capitale de continuer à développer ces modèles urbains responsables.

Pour poursuivre votre lecture :