Ville transition énergétique
Repenser le secteur de l'habitat

Ville durable et transition énergétique

40 % de la production énergétique mondiale provient des secteurs de la construction et de l’habitat. Impossible donc, de ne pas intégrer l’habitat au cœur de la problématique de transition énergétique inhérente à la smart city. C’est un fait : 55 % de la population mondiale vit en métropole, 68 % d’ici 2050, selon l’ONU. Si les grands espaces naturels sont les premiers à souffrir directement des conséquences du réchauffement climatique, la situation se fait également très nettement sentir dans les villes dans lesquelles les “îlots de chaleur” se multiplient et affectent le confort et la santé des habitants. Ceux-ci ont deux principales causes : l’activité humaine et la structuration de la ville en elle-même.

Repenser les codes du secteur de l’habitat (matériaux, types de construction…) et ses usages en matière d’énergie permettrait sans aucun doute d’alléger la pression humaine sur la biosphère, d’entretenir la santé des habitants et de faire un premier pas vers la création de villes résilientes et intelligentes.

Un bon programme, en somme. Mais alors, que faire pour rendre le secteur de l’habitat plus smart dans la ville durable ?

Recourir aux énergies renouvelables : le solaire en ville

Répondre aux enjeux d’une ville résiliente n’est pas envisageable sans énergie. Pourtant, le recours aux énergies fossiles est plus que jamais exclu. C’est d’autant plus vrai que les énergies renouvelables se trouvent être moins chères que les énergies fossiles à l’heure actuelle ! Elles représentent pourtant seulement 12 % de l’énergie en France.

Parmi ces 12 %, l’énergie hydraulique est la plus répandue, suivie directement par le solaire. Plus médiatisée et à l’implémentation facile, elle reste l’une des énergies renouvelables les plus accessibles à tous niveaux. Le solaire à de beaux jours devant lui, c’est le cas de le dire. Mais comment en tirer parti intelligemment à l’échelle de l’habitat et de la ville ?

Energié solaire en ville

Il existe deux types d’énergies solaires exploitables :

Ce genre de technologie est notamment encouragée à l’échelle du particulier via la pose de panneaux solaires ou d’équipements à base d’énergie solaire comme le chauffe-eau solaire ou encore le système solaire combiné. Des aides financières débloquées par l’Etat permettent même de réduire le coût d’installation des équipements à base d’énergies renouvelables. Et, pour permettre l’exploitation de cette énergie naturelle à large échelle, des centrales solaires photovoltaïques sont implémentées un peu partout sur le territoire, comme en Aquitaine. Ledit parc solaire produit l’équivalent de la consommation énergétique journalière des habitants de la ville de Bordeaux ! De façon plus spécifique à l‘intérieur de la ville, de nombreux équipements alimentés au solaire voient le jour comme le mobilier urbain, notamment. Ces impulsions sont toutefois encore peu répandues à l’heure actuelle.

Moderniser le parc immobilier existant

L’une des autres pistes retenues quant à la transition énergétique, c’est la modernisation du parc immobilier actuel. Constructions plus écologiques, travaux de rénovation énergétique, végétalisation et agriculture urbaine… autant de chantiers en cours potentiellement révélateurs pour la ville du futur.

Matériaux de construction écologiques

Matériaux de construction écologiques

Les constructions écologiques ont le vent en poupe. Si désormais, la maison BBC (Bâtiment Basse Consommation) est devenue la norme, particuliers comme professionnels cherchent à aller plus loin : maison HQE, maison à énergie positive… Mais quel que soit le type de construction écologique envisagée, celle-ci ne le sera complètement que si elle est bâtie à base d’éco-matériaux. Et oui : penser l’architecture d’une habitation pour être la plus écologique possible, c’est choisir des matériaux dont l’énergie grise est la plus faible. Il s’agit de l’énergie nécessaire au cycle de vie du matériau, depuis son extraction à sa fin de vie, en passant par sa transformation ou encore son acheminement.

Parmi les matériaux de construction écologiques à l’heure actuelle, l’on peut citer le bois, plébiscité notamment en Europe du Nord, mais également le béton cellulaire, le béton de chanvre ou encore des matériaux réutilisés comme les containers industriels. Faits d’acier, ceux-ci sont retravaillés en usine avant de servir d’ossature robuste pour tous types de constructions.

Les architectures bioclimatiques

Architecture bioclimatique

L’architecte a plus que jamais son rôle à jouer pour imaginer des constructions plus respectueuses de l’environnement. L’enjeu, bien connu désormais, est de diminuer l’empreinte carbone liée à la construction du bâti mais également à son usage. L’architecture bioclimatique permet de répondre à cette seconde problématique, en tirant parti des conditions environnementales du site pour réduire la demande énergétique. Sa conception intelligente s’articule autour de trois axes :

En matière d’architecture bioclimatique, la dimension de protection solaire jouera également un rôle important pour assurer a contrario une bonne ventilation et des espaces ombragés. Cela passe par le travail de la végétation attenante comme la présence d’arbres à feuilles caduques qui laissent passer une partie des rayons du soleil non loin des différentes ouvertures…

Construire un BEPOS (Bâtiment à énergie positive) est une excellente façon de moderniser le parc immobilier existant. Toutefois, il est également important d’éduquer les comportements individuels et collectifs pour positionner l’individu en tant que véritable acteur de la transition énergétique. Du côté des usages, la demande énergétique étant naturellement plus faible, l’impact environnemental des constructions s’en voit également fortement réduit. Mais cela ne s’arrête pas là ! Equipements à base d’énergies renouvelables, gestion responsable des déchets, stockage de l’eau de pluie… Il est fréquent que l’architecture bioclimatique soit également associée à de la domotique : capteurs pour pilotage des volets ou des émetteurs de chauffage… A l’échelle d’une habitation individuelle, d’une entreprise ou d’un ensemble de bâtiment, ces nouveaux modes de construction peuvent permettre de faire réellement une différence. Ils sont d’ailleurs de plus en plus implémentés à l’échelle de quartiers : les écoquartiers.

Quelques exemples de projets durables de ce genre ?

Des projets à plus large échelle ont également été envisagés, comme la construction de villes bioclimatiques entières, à l’image de Sidi-Sayeh (Tripoli) ou encore de Masdar City (Abu Dhabi). Ces projets ambitieux ont malheureusement été avortés pour des raisons de nature différente. Manque de moyens, contexte politique mais surtout : enjeux trop ambitieux.

Nombreux s’accordent à dire que les transformations énergétique et écologique doivent trouver leur impulsion localement, plus rapidement et plus précisément. Le développement des écoquartiers dans toutes les grandes métropoles serait donc l’une des solutions d’avenir envisagées, et ceux-ci se multiplient. Ils permettent non seulement d’agir de façon très concrète pour l’environnement mais également de sensibiliser les populations locales à un nouveau mode de vie, plus responsable.

Ecoquartiers et végétalisation en milieu urbain

Selon l’OMS, il faudrait 1 arbre pour 3 habitants pour retrouver une qualité de l’air optimale en ville. Dans le monde, nombreuses sont les métropoles que l’on pourrait qualifier de “bonnes élèves”, à l’image de Sydney ou encore Vancouver, qui sont recouvertes à plus de 25 % d’arbres.

Végétaliser les espaces urbains dispose en effet d’avantages pour le moins séduisants : réduction de la pollution via le filtrage naturel de particules et de métaux lourds, production d’oxygène, maintien de la biodiversité… L’apport de nature en ville aurait également un impact direct en matière de réduction du stress, de productivité et bien entendu, d’esthétisme. Enfin, la végétalisation urbaine permettrait d’améliorer les performances énergétiques en ville (protection des bâtiments contre les ultra-violets).

Le dernier argument en faveur de la végétalisation des bâtiments est économique : les murs ou toitures végétalisées conférant une valeur supplémentaire aux bâtiments en termes esthétique et en permettant l’assainissement de l’air ambiant autour de l’habitation pour un meilleur indice de la qualité de l’air… A terme, on peut envisager un système de santé moins sollicité et une économie plus active, rien que ça.

A l’heure actuelle, nombreuses sont les initiatives de végétalisation urbaine à l’étranger, dans des zones géographiques particulièrement polluées :

Derrière chacun de ces projets se cache un investissement financier majeur mais également une volonté forte de réduire les effets maintenant visibles de la crise climatique actuelle.

Toutes ces communautés font un parti, celui de l’avenir. Faisons ce même pari tous ensemble !