Dijon : une smart city pas vraiment comme les autres

Pour être durable, la ville doit cultiver une intelligence multisectorielle. Transports, habitat, énergie, consommation alimentaire… Un travail de fond qui doit être mené de concert entre l’ensemble des acteurs locaux et organisé autour d’une stratégie urbaine forte. Là où des villes intelligentes telles que Nantes prennent le parti bien marqué de l’open-data, la métropole de Dijon pourrait être qualifiée de “touche à tout”. Loin d’être un inconvénient, cela en fait un territoire empreint de possibilités, un exemple de smart city. Cet article vous en apprendra davantage sur Dijon, smart city.

smart city dijon

Dijon smart city : un projet innovant, un modèle de gouvernance durable

Là où Dijon se distingue très fortement des autres smart cities françaises, c’est à travers son projet OnDijon, unique en France.

OnDijon se définit comme un “poste de pilotage” unique, destiné à administrer l’espace public des 23 communes de la métropole depuis un seul et même lieu, à gouvernance dédiée. Il s’agit de porter la croissance numérique du territoire pour faciliter la maintenance, l’intervention des forces de l’ordre ou des services d’urgence en cas d’accident, gérer les feux de circulation, parkings, l’éclairage urbain… A l’instar des autres métropoles françaises que l’on peut qualifier de ville intelligente, Dijon espère elle aussi réduire les coûts de fonctionnement et améliorer la gestion de l’espace public. Il s’agit également de réaliser des économies d’énergie et d’assurer une transversalité durable entre les services de la métropole. Au terme des 12 ans d’expérimentation, près de 65% d’économies d’énergie sont attendues en matière d’éclairage urbain notamment.

A Dijon, ce centre névralgique remplace 6 postes auparavant dédiés à la sécurité, à la supervision urbaine, à la circulation ou encore à la météo… Il est le résultat de la collaboration de multiples acteurs territoriaux et regroupe sur site environ une cinquantaine de personnes.

Comment ça marche, concrètement ? La ville a fait le pari de signer un contrat de gestion sur 12 ans avec un groupement d’acteurs de l’énergie ayant remporté l’appel d’offres : SUEZ, Bouygues Energie, Citelum et Capgemini. La gestion intelligente de l’espace urbain est assurée via une plateforme unique nommée Muse®, plateforme collaborative puisque les usagers pourront également fournir de l’information en temps réel sur l’état urbain.

A l’heure actuelle, plus de 180 bâtiments sécurisés sont connectés au poste de pilotage, 140 km de fibres optiques… et près de 105 millions d’euros investis.

OnDijon et Covid-19 : une réponse rapide et fiable

Depuis le début de la crise de la Covid-19, OnDijon met à disposition un numéro vert consacré à l’écoute et à l’accompagnement des citoyens de la métropole, un dispositif performant qui accroît la résilience de la métropole et lui permet de répondre rapidement et avec efficacité aux sollicitations des personnes esseulées notamment.

Dijon, une smart city qui inspire ?

Ce projet d’open-data à la pointe de l’innovation bouscule sans aucun doute les codes de l’administration publique, mais pose aussi la question d’un potentiel retour sur investissement. Est-ce vraiment judicieux ? L’avenir nous dira sans aucun doute de quoi il retourne. En attendant, ce modèle est également suivi par Angers qui a d’ores et déjà prévu d’investir 178 millions d’euros sur douze ans : la technologie au service de la transition écologique.

Dans un autre registre, la ville a également remporté l’appel à projet du H2020 “Villes et communautés intelligentes” lancé par la Commission Européenne. Au programme : accroître l’optimisation des ressources et l’efficacité énergétique en ville en déployant le concept de quartiers à énergie positive. Pour réussir son pari, Dijon lance un projet d’autoconsommation à large échelle sur le territoire : constructions responsables, rénovation énergétique, énergies renouvelables sur ses réseaux de chaleur… La ville se distingue avec Turku en Finlande pour son rôle de territoire “pilote”. Autrement dit, le modèle déployé dans la métropole dijonnaise sera effectivement déployé dans 6 autres villes d’Europe comme Botosani en Roumanie. On l’aura compris : un enjeu supplémentaire entoure ce projet.

Panorama urbain de la ville de Dijon

Si la ville durable, intelligente se caractérise également par le déploiement d’écoquartiers, alors Dijon tire là aussi son épingle du jeu. Voici quelques-unes des réalisations d’envergure du panorama dijonnais :

  • L’écoquartier du quai des carrières, qui complète la restructuration du quartier de la Fontaine d’Ouche,
  • L’écocité des maraîchers (20 ha au sud-est de Dijon),
  • Heudelet 26, qui accueille 300 logements et 10 000 m² de commerces, bureaux sur 2,8 hectares d’une ancienne friche militaire. Ce quartier est largement végétalisé : promenades vertes, jardins, forêt urbaine.
  • Via Romana, le plus récent en date dont la construction a débuté en 2018 : 38 millions d’investissement, 3ha et 200 logements avec un mot d’ordre : la favorisation de la mixité sociale via 30% de logements à loyers modérés. Car c’est bien l’un des enjeux fondamentaux des projets d’écoquartiers.

Ville intelligente : Dijon cultive sa différence

On l’a vu à travers notre guide : la ville intelligente tire le meilleur parti de l’existant. C’est une ville numérique, mais également durable, verte, résiliente. Et en matière de système alimentaire, la smart city doit également se réinventer, ceci pour proposer une alternative aux chaînes de consommation traditionnelles, dont les limites sont désormais bien connues de tous.

A Dijon, la ville se positionne très clairement dans le panorama de l’agriculture en milieu urbain, et a d’ailleurs pour objectif de devenir le démonstrateur d’un modèle agroécologique durable et vertueux, créateur d’emplois et de lien social. Pour ce faire, l’une des lauréates du programme d’investissement d’avenir » (Pia) compte sur un écosystème particulièrement développé d’acteurs de la recherche : laboratoires, universités, pôles de développement de l’agroécologie comme Agronov… De multiples projets sont en ce moment même en cours de déploiement à l’image du potager des Ducs ou encore du champ de moutarde du Domaine de la Cras. Les écoquartiers que nous avons évoqués ci-dessus comportent eux aussi, des exemples prometteurs d’agriculture urbaine.

Vous l’aurez compris, Dijon est une métropole intelligente et connectée et se positionne comme un territoire pionnier en matière d’administration durable.

Pour poursuivre votre lecture :